Un capitalisme à bout de course avec le CoViD-19

 

 Marie-Josée BAYERLAIT   13:06   03 mars 2020

Assistons-nous réellement à un effet d’emballement autour du CoViD-19 lorsqu’il s’agit d’aborder la panique qui a touché l’ensemble du marché financier ce vendredi noir. Retour sur image sur ce qui semble être la peur du corona-krach.

Un capitalisme à bout de course avec le CoViD-19

 
 

La France en gestion de crise face à une nouvelle épidémie

La France résiste de toutes ses forces face à une propagation accélérée du CoViD-19. A ce jour le traitement est symptomatique. Les signes de gravités sont notamment des signes de détresses respiratoire et d’éventuelles comorbidités. Le Haut Conseil de la santé publique a déposé un avis relatif à la prise en charge du corps d’un patient infecté par le virus SARS-CoV-2 (18 février 2020) dans lequel je cite :

 

" La survie de la plupart des agents infectieux est très allongée dans les produits biologiques et il faut considérer par principe que le risque de contamination est le même chez un patient décédé que chez le malade vivant. Les risques les plus importants sont les risques d’expositions au sang (piqûre, coupure) et aux liquides organiques (dont les selles) ainsi que les risques d’aérosolisation."

 

En réponse à l'émergence de CoViD-19, les membres du réseau GloPID-R se sont immédiatement coordonnés pour identifier les projets de recherche existants et financés dans ce domaine et ont commencé à lancer des appels de fonds d'urgence.

 

Un laboratoire P4 de haute sécurité biologique à Wuhan suspecté

Frapper au coin du sens certains voient des signes avant-coureurs qui annoncent quelque chose de bien plus grave avec l’implantation d’un laboratoire P4 à proximité du centre névralgique de Wuhan. Une réalisation qui n’est rien d’autre que l’accord inter-gouvernemental de 2004 sur la coopération franco-chinoise en matière de prévention et de lutte contre les maladies infectieuses émergentes.

Des personnalités publiques comme Bernard Cazeneuve, ancien premier ministre et Yves Levy, ancien président directeur général de l’INSERM et actuel mari de l’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn, récemment démissionnaire pour la campagne municipale parisienne, étaient présents lors de la cérémonie d’accréditation du laboratoire le 23 février 2017.

La direction générale de la Santé (DGS) indique qu’aucun élément ne permet d’accréditer les allégations liant la crise sanitaire en cours à l’existence à Wuhan d’un laboratoire P4. Des autorités unanimes, circulez il n’y a rien à voir.

 

L’économie mondiale sous pression

L’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) s’inquiète de l’impact qu’aura l’épidémie mondiale avec un titre évocateur l’épidémie de coronavirus est lourde de conséquences pour les perspectives économiques avec une précision de plusieurs scénarios possibles dont celui de l’effet domino avec une croissance mondiale amputée de moitié et ramenée à 1,5% en 2020.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, a fait le point avec les acteurs économiques nationaux le vendredi 21/28 février 2020. Une cellule de crise a été installée au sein du ministère et des mesures immédiates de soutien et d’accompagnement aux entreprises ont été appliquées (report d’échéances sociales et/ou fiscales, financement des salariés par le mécanisme de chômage partiel ect).

L’Etat considère le Coronavirus comme un cas de force majeure. Cela veut dire que pour tous les marchés publics d’Etat, des pénalités de retards ne seront pas appliquées. Seul lot de consolation, la stratégie long terme consistera à relocaliser certaines productions stratégiques.

 

L’économie mondiale dépendante de la Chine

La Chine est la deuxième économie mondiale, en 20 ans son PIB a été multiplié par quatre avec certains secteurs particulièrement dépendants de la production chinoise. Au centre de la chaîne de valeur de l’industrie automobile, de la production textile, des composants électroniques, des principes actifs, mais aussi de la transformation des matières premières. La liste n’étant pas exhaustive.

Jean-Joseph BOILLOT, Professeur agrégé de sciences économiques et sociales :

[…] En Chine même il y a une pénurie de masque pendant plusieurs semaines, en termes de médicament la Chine produit à peu près 80% des principes actifs qui servent à l’essentiel des médicaments dans le monde […] un pays comme l’Inde qui s’est spécialisé dans la chaine de valeur ajoutée des génériques dépend en totalité des approvisionnements chinois […] et les usines d’Inde sont en ruptures de réapprovisionnement. La réponse n’est pour le moment pas convaincante. […]

 

La crise du CoViD-19 est comparable en choc à la crise de 2008 sur les marchés financiers

Tous les indicateurs sont au plus bas. Plusieurs points de PIB sont à l’arrêt notamment dans le secteur du transport et du tourisme. Les indices d’activités réelles (prix et volumes) des hydrocarbures (-20% depuis janvier 2020) et matières premières (métaux précieux) indiquent qu’il y a un phénomène de correction sur les marchés financiers d’une violence inouïe dû au confinement qui a mis à l'arrêt certaines productions et perturbe les chaînes d'approvisionnement globalisées.

La perspective d’une réponse coordonnée des banques centrales est sur l’eau qui vive mais risque d’être inefficace si l’on considère qu’une réponse purement monétaire ne résoudra pas un problème d’offre. Les économistes de la société générale parle du choc de l'épidémie de Covid-19 sur l'économie chinoise est encore plus grave que le choc Lehman Brothers, notamment dans le secteur des services. Tout le problème sera de réussir à faire face à un ralentissement économique mondial évalué jusqu’à 5 points de PIB mondial si l’on compare ce scénario au scénario de la grippe espagnole en 1918.

 

POUR RESUMER

Il est difficile d’anticiper l’ampleur de cette crise sanitaire ni la longueur de cette gestion de crise. Néanmoins l’évitement de l’enchaînement mortifère sur les entreprises et les banques devra être défendu bec et ongle. Il faudra faire le dos rond à ce qui se présente comme un moment très difficile à passer.

 

Retour à la page d'accueil 

 

 Inscription à la Newsletters

 
E-mail
 

© 2019 par Marie-Josée BAYERLAIT