La Blockchain

 

 Marie-Josée BAYERLAIT   10:35   1 octobre 2019

 

Afin de répondre aux nouveaux enjeux de contrôle et d’utilisation des données la blockchain constitue un début de réponse dans ce qui semble être une révolution dans la sécurisation des données.

A la lumière de cette réflexion, les moyens de paiements crypto-monnaies, la certification des documents smart contracts, la gestion des actifs workflow des signatures/décisions ou encore l’assurance paramétrique  cherchent leurs chemins dans cette technologie.

La Blockchain

 
 

Un élement de confiance


Oui vous ne pouvez pas tricher lorsqu’il s’agit d’aborder la sécurité de la blockchain Bitcoin. Annoncé en 2008 sur le site P2P Foundation Satoshi Nakamoto est le nom du/des créateur(s) de la première blockchain basée sur le bitcoin. 

La disparition du profil en décembre 2010 a laissé derrière-lui une énigme identitaire ainsi que le code informatique en open source. Depuis, reprise par la communauté des développeurs qui en collaborant ont fait évoluer la blockchain dans son usage.

Création de soft/hard fork pour scinder la blockchain bitcoin et créer des altercoins, création de levées de fonds (ICO/STO), création de système de traçabilité des produits dans la distribution alimentaire grâce à un QRCode (Carrefour), mise en place de calcul de taux d’assurance des voitures autonomes (Toyota) etc… autant d’usages qui commencent à faire leur nid. Mais qu’est-ce que la blockchain ?


Un pur produit mathématique


Une blockchain (voir figure) est une technologie de stockage et de transmission d’information transparente,  constituée de bloc répliqué et distribué sur des nodes -ordinateurs/périphériques connectés avec une adresse IP- sans organe central de contrôlee.

Les opérations cryptographiques réalisées par les mineurs du réseau et parfois, en complément du minage, des masternodes -serveurs comportant une copie de la blockchain et exécutant des tâches de validation-.

Chacun met à disposition leur ressources et puissance de calcul en exécutant un consensus algorithm -Une procédure commune sécurisant la création de nouveau bloc ensuite ajoutés à la blockchain-.

Proof of Work (PoW), Proof ofStake (PoS), Proof of Burn (PoB) et bien d’autres sont des exemples de consensus algorithm. - en échange de frais de transaction, d’obtention de cryptos et/ou de droit de vote.-

La blockchain est donc mise à jour en temps réel sous forme de blocs interconnectés contenant un ensemble de transaction/opération suffisamment épais pour garantir qu’aucune personne ne puisse s’approprier le contrôle de la validation des blocs. Autrement dit la blockchain d’origine est un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable.

Bloquer les validations de transactions des utilisateurs en modifiant l’historique de la blockchain - L’attaque Goldfinger ou des 51%- via le contrôle des fonctions de hash (cryptages) demanderait une puissance de calcul dépassant l’existant. (ordinateur quantique?)

Plutôt improbable pour le moment en raison de la magnitude du réseau et des preuves cryptographiques de plus en plus complexes des consensus algorithm PoW (bitcoin) ou PoS (Etherium).


Cependant les altcoins sont-elles plus sujettes à ce type d’attaque du fait de leur scission à la blockchain d’origine qui créé un pouvoir de hash plus faible (Monacoin, 21 mai 2018).

Blockchain 1

POUR RESUMER


Les évolutions d’usages de la blockchain (privée/publique) tiennent également de la transparence des informations. Bien qu’originellement publique l’idée d’introduire une blockchain privée laisse entendre que les membres sont choisis préalablement afin de centraliser le travail des mineurs.

Permettant un meilleur contrôle avec des niveaux de permissions et une visibilité adaptée pour les secteurs de la banque/assurance. Gardons tout de même à l’esprit que la blockchain est une création cypherpunk pronant la protection des données privées par la cryptographie.

Par voie de conséquence, les modèles économiques qui en découlent sont nombreux et risquent de dérouter bien des systèmes (policy mix etc). Ce sera à chacun de s’approprier un outil qui semble avoir de belles perspectives à l’horizon.

 
 

Retour à la page d'accueil 

 Inscription à la Newsletters

 
 
E-mail
 

© 2019 par Marie-Josée BAYERLAIT